INTÉRIEUR

Copyright Lucile Beaune

INTÉRIEUR / Chambre de Maxida et Alexa

Le 30 mars 2018

La chambre de Maxida et Alexa

Résidence Universitaire

Théâtre Mansart, Dijon

***

INTÉRIEUR / LA CHAMBRE ROUGE

Du 23 au 25 novembre 2015

Chambres de Törless et de Basini

LOGES DU THÉÂTRE DE NAMUR(Belgique)

Festival International Turbulences

Les 13 et 14 octobre 2015

Chambres de Törless et de Basini

Résidence Jeunes d'Auxerre

Théâtre d'Auxerre

Le 30 septembre 2014

Chambre de Törless

Résidence Universitaire

A.B.C. Dijon


 

 

 

 

 

Intérieur est une série d’installations plastiques et littéraires créée par la Cie Esquimots où les visiteurs peuvent explorer la chambre des personnages de nos spectacles. 

 

Ce projet est proposé dans des chambres individuelles telles qu’on les trouve dans les internats, résidences universitaires ou foyers.

Après la réalisation des chambres de Törless et Basini, deux jeunes protagonistes du spectacle La chambre rouge, nous avons créé la chambre imaginaire de Maxida et Alexa, les deux héroïnes de notre nouvelle fiction.

Avec pour seule indication « Soyez curieuse / soyez curieux », chaque visiteur entre seul dans la chambre avec cinq minutes pour l’explorer librement.

 

Derrière la porte, c’est l’intimité d’une personne qui s’offre aux regards de l’« intrus ». Chaque visiteur choisit alors librement d’observer seulement ou d’en fouiller tous les recoins afin de tenter de découvrir l’histoire et l’identité de l’habitant(e) de la chambre…

La visite est suivie d'un temps d'échange avec une partie de notre équipe, et d'un temps libre d'écriture.

Les chambres de Törless et de Basini

Prolongement du spectacle LA CHAMBRE ROUGE dont elle propose une  variation sans interprète, INTÉRIEUR est une installation conçue pour deux chambres d’étudiant telles qu’on peut les trouver dans les internats ou résidences universitaires.

Après avoir reçu l’injonction « SOYEZ CURIEUX » et s’être muni d’une lampe de poche, le visiteur est invité à entrer seul dans chacune des chambres. Dans le clair-obscur des volets tirés dont seules quelques fragiles sources lumineuses viennent tempérer la noirceur, c’est l’espace intime de deux adolescents qui se révèle comme avec pudeur sous les yeux de l’« intrus ». Effets personnels du quotidien, traces de vie, écrits, lettres, photos, apportent des indices dispersés sur l’identité et la personnalité des deux personnages, ainsi que sur l’histoire qui les relie.

Au-delà des traces réalistes qui meublent le lieu et que nous avons réunies dans un souci de véracité, l’atmosphère est empreinte des états d’âme de l’habitant de la chambre  avec un travail particulier sur le son émanant de différents endroits (un magnétophone qui tourne dans le vide, des voix étouffées, le goutte-à-goutte d’un évier…). Le visiteur peut alors ressentir ce qu’il ne comprend pas, percevoir ce qui reste enfoui, secret ou impossible à formuler. L’espace s’offre à qui sait l’investir, autant qu’il retient ses mystères, comme s’il réagissait à l’intrusion.

Car c’est une douloureuse histoire que le visiteur est amené à découvrir : celle que nous mettons en scène dans LA CHAMBRE ROUGE, spectacle créé à partir du roman Les Désarrois de l’élève Törless de Robert Musil.

Elle raconte comment, dans un internat de garçons, un adolescent, Basini, devient le bouc-émissaire de trois autres camarades de classe. Son calvaire durera plusieurs mois durant lesquels il subira les persécutions de Beineberg et Reiting, mais aussi du troisième de la bande, Törless, l’indécis, oscillant entre son désir de prendre part au groupe et le dégoût que lui inspire une histoire de plus en plus sordide.

Nous avons choisi d’imaginer la chambre de deux d’entre eux : BASINI et TÖRLESS, qui entretiennent une relation complexe où se mêlent attirance sexuelle, répulsion et lien ambivalent par le secret qu’ils partagent.

Au-delà de la part visible des choses, il faut être plus entreprenant pour deviner les secrets de ces deux adolescents : fouiller dans les tiroirs, sous le lit, dans les placards, ou même dans la poubelle pour trouver le journal intime de Törless, une lettre de Basini à sa mère, des objets liés à la chambre rouge, pièce secrète de l’internat dans laquelle ils ont pour habitude de se retrouver, etc.

L'installation peut être complétée par des ateliers d'écriture.

 

Conception : Marion Chobert et Lucile Beaune

 

Compagnie Esquimots - 7, allée de Saint-Nazaire - 21000 DIJON - Association Loi 1901 soutenue par le Conseil Départemental de Côte d'Or et la Ville de Dijon

Suivez-nous sur facebook :

  • Facebook Social Icon